Publié le

Le sac MOSO : Un purificateur d’air naturel

The MOSO bag – a natural air cleaner

Moso, késako ? Moso, What’s it all about?

Je n’en avais pas encore entendu parler lorsque j’ai découvert le site de la Boutique Moso, un eshop fondé par deux garçons, Jean-Baptiste et Arnaud avec pour objectif de promouvoir le made in France et l’artisanat.

Originaire d’Asie, le MOSO (ou charbon de bambou) est une plante qui repousse lorsqu’elle est coupée, ce qui en fait une ressource renouvelable.

I had never heard of it, and then I came across the website La boutique moso, an e-shop created by two men, Jean-Baptiste and Arnaud, with the goal of promoting the « made in France » and local craftsmanship.

Originaly from Asia, the MOSO (or bamboo charcoal) is a plant which grows back when cut, making it a renewable resource.

La boutique MOSO propose ses propres produits à base de MOSO (oui, vous l’avez deviné) : Le Sac MOSO.

Création très originale, il s’agit d’un sac en lin contenant du charbon de bambou MOSO. C’est un purificateur d’air complètement naturel qui se regénère grâce au soleil une fois par mois. Sans additifs, il absorbera les odeurs de manière naturelle ainsi que les excès d’humidité et sera recyclable à la fin de sa vie (deux ans après l’achat !).

The MOSO webshop offers its own products made from MOSO (yes, you guessed it) : the MOSO bag.

A very original creation, it’s a linen bag containing MOSO bamboo charcoal. It’s a completely natural air cleaner, which one can regenerate once a month using only the sun. Without additives, it will naturally absorb smells and moisture excesses, and will be recyclable once its life cycle is complete (2 years after purchase !).

Ce que j’aime dans ce produit :

  • Disponible en plusieurs tailles
  • Un prix abordable (7 € les 75g pour deux ans d’utilisation)

Things I like about this product :

  • Available in different sizes
  • Affordable price (7€ for 75g, for 2 years of service)

Moi qui tente d’aérer régulièrement ma maison, de faire circuler l’air (pas évident quand aucun courant d’air n’est possible), je trouve l’idée séduisante.

Frigo, voiture, chaussures, tous les endroits sont possibles. Laissez-vous tenter !

For someone like me who’s always trying to ventilate my home, have the air circulate (quite tricky when no draught is possible), I find the concept attractive.

Fridge, car, shoes, all places are possible. Treat yourself !

Publié le

Réduire sa consommation de plastique : la bouteille Soulbottles 100% vegan

Cutting down one’s plastic usage : the 100% vegan bottle by Soulbottle

Depuis que j’ai commencé à boire au moins 1,5l d’eau par jour, j’ai très largement augmenté ma consommation de plastique puisque je consomme en moyenne au moins un pack d’eau minérale par semaine, donc du plastique à ne plus savoir qu’en faire.

Chez moi, j’avais pris l’habitude d’utiliser une carafe brita (avec le filtre renouvelable) mais avec le travail et mon déménagement, cette bonne habitude avait vite cédé le pas à la facilité.

J’ai donc eu envie de changer cette mauvaise habitude : je me suis renseignée sur le plastique et son effet sur l’environnement…  Une bouteille en plastique nécessite 450 ans en moyenne pour se biodégrader ; la présence de substances toxiques parfois non identifiées entrent en contact avec l’eau… Toutes ces raisons m’ont poussé à revoir certaines priorités.

Since I started drinking at least 1.5 liter of water each day, I’ve also significantly increased my plastic usage, using at least 6 bottles of mineral water each week, which means more plastic than I can handle.

In my previous appartment, I had gotten use to using a brita carafe (with reusable filter), but with my work and my new environment, this healthy habit rapidly gave way to an « easier » route.

I then felt the urge to quit this bad habit : I learned all that I could about plastic and its effect on the environment…. A plastic bottle needs 450 years on average to biodegrade ; the presence of unidentified toxical substances comes in contact with the water…. All these reasons made me see that I had to sort out my priorities.

C’est là que j’ai découvert la marque Soulbottles. C’est une petite entreprise allemande, qui n’utilise aucun plastique et qui a pour concept la bouteille en verre personnalisable. L’un des points phares de la marque, c’est qu’elle reverse 1€ à des projets d’approvisionnement en eau pour chaque bouteille vendue.

That’s when I discovered the brand Soulbottles. It’s a small german company which produces customizable glass bottles, and no plastic is tolerated in the manufacturing process. One of the highlights of this brand is that it redistributes 1€ to water supply projects for each bottle sold.

100% vegan, elle est l’une des premières entreprises allemandes à obtenir la certification B Corp.

100% vegan, it’s one of the first german companies ever to be granted the B Corp certification.

J’ai beaucoup aimé le concept ; la bouteille en verre a de nombreux atouts : étanche, lavable au lave-vaisselle et facilement transportable, elle se décline dans tous les coloris et fait parfois l’objet de design pointus.

Le seul point négatif pour moi est quand même le poids de cette bouteille… A emmener dans son sac, il faut quand même la porter toute la journée ; en revanche, à la maison elle est parfaite sur la table.

I really enjoyed the concept : the glass bottle comes with many advantages : waterproof, dishwasher-safe, and easy to carry around, it comes in all colours and top-notch designs.

The only negative side as far as I’m concerned would be the weight of this bottle… as you put it in your bag, you still need to carry it around all day ; on the other hand, it looks dashing at home on the table.

Publié le

Ma playlist #1 – Octobre 2017

My playlist – October 2017

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de musique. La liste des chansons que j’écoute non stop, différentes les unes des autres, reflétant différents états d’esprits. Voici ma playlist d’octobre :

Today I feel like talking about music with you guys. The list of songs I put on repeat, all different from one another, reflecting different states of mind. Here is my playlist for the month of October :

  1. Son – Warpaint

2. Scotland – The Lumineers

3. Home – Edward Sharpe & The Magnetic Zeros 

4. Redbone – Childish Gambino

5. Submarine – Inside Jack

6. When you know – Puggy 

7. Le goût de l’aventure – Jil is Lucky 

8. Down – Marian Hill

9. Ghost in the machine – B.o.b

10. Il tuo maglione mio – The Giornalisti

Et vous, avez-vous des découvertes musicales à me faire partager ?

What about you ? Any special discoveries you wish to share with me ?

Publié le

Pourquoi j’ai décidé de changer ma manière de consommer

Why I’ve decided to change my way of consuming

En octobre 2016, je me suis trouvée dans une situation personnelle difficile et ai dû faire face depuis ce fameux mois à une très grande introspection et à une remise en question qui ont débouché sur la remise au propre de mon blog.

In October 2016, I’ve found myself in a difficult personal situation, and had to face a great introspection and a reassessment of my own life, which all led to my blog being cleaned up and reassessed as well.

Le fait de m’astreindre à un questionnement permanent, de mettre des mots sur mes ressentis et tout cela dans le but, d’aller mieux… m’ont fait comprendre que je devais changer.

The perpetual self questioning, trying to put words on complicated feelings, and all this in order to, feel better… has led me to understand that  I had to change.

Me forcer à changer. Car la volonté doit être intérieure, certes, mais elle doit être forcée (dans mon cas bien sûr). Ecrire sur tout cela, vous faire partager mes changements, mes envies, mes idées, me permet de prendre du recul et de me forcer à le faire. Autrement, je suis une personne qui repousse un jour un peu plus, ce qui est difficile pour moi de faire.

I had to compel myself to change. Because the will must come from within, that’s for sure, but it must also be coerced (in my particular case of course). To write this all down, to share with you all my changes, my wishes, my ideas, allows me to take a step back and in a very real way forces me to actually do it. Otherwise, I’m the kind of person that just postpones change for another day, which I can’t allow myself to do anymore.

Pour rentrer dans le vif du sujet, il y a peu j’ai découvert quelques pépites niveau blogging. Des personnes qui ont pris conscience que leur mode de vie, leur mode de consommation devaient changer. Pour ma part, j’ai toujours été intéressée par la slow cosmétique… ayant été victime pendant longtemps du fameux « greenwashing ». Depuis quelques temps maintenant, j’essaye au maximum de regarder la composition des produits que j’achète, de me sentir concernée par l’éthique de la marque et de faire le vide dans ma salle de bain.

To get straight to the heart of it all, I recently discovered a few gems in the blogging world. People who became aware of the fact that the way they live, the way they consume things, had to change. For my part, I’ve always been interested in slow cosmetic… Having been a long time victim of the famous « greenwashing ». For some time now, I’ve tried as much as possible to look up the composition of the products I purchase, payed attention to a brand’s ethic, and tried to clean up my bathroom from anything that didn’t live up to those criteria.

J’ai pris conscience que tout ce que je mettais sur mon corps (visage, dents, etc) était primordial car le premier contact direct n’est autre que ma peau, et je dois la préserver au maximum.

I realized that anything I applied on my body (face, teeth, you name it) was primordial because the direct contact comes on non other than my skin, which I must preserve as much as possible.

Au revoir donc à la plupart des marques que j’affectionnais et découverte des eshops tels qu’Aroma-zone, Greenweez, Sebio, etc.

I then had to bid farewell to brands I had come to appreciate from such eshops as Aroma-Zone, Greenweez, Sebio and so on.

Le chemin est long, car cela prend du temps mais il ne concerne pas que les soins et les cosmétiques.

We’re talking about a long journey, and one that deals with far more than just cares and cosmetics.

Cela concerne aussi mon alimentation. Même si je n’ai pas (encore) sauté le pas du végétarianisme ou du véganisme, j’essaye toujours de manger moins de viande, de consommer plus éthique.

It also deals with the way I eat. Even though I still haven’t (yet) taken the leap towards vegetarianism or veganism, I strive to eat less meat, to consume more ethical food.

Retourner à un mode de vie sain après des années de stress et de junk food n’est pas aisé.

Going back to a healthy life style after years of stress and junk food is not an easy thing to do.

Cet automne 2017 sera le début pour moi, d’un changement profond et interne.

This fall 2017 will be, for me, the beginning of a deep and internal change.

J’essaierai de vous faire partager au maximum mes nouvelles découvertes, dans tous les domaines.

I will try to share with you all my new discoveries, in any fields.

Publié le

LE SELFIE A L’HEURE DU NUMERIQUE : le guide ultime de Mobile24

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’infographie découverte sur le site de Mobile24 qui explique les différentes règles à suivre pour obtenir un selfie parfait.

Je ne vais pas vous mentir, la plupart de mes selfies je les prends avec la caméra avant de mon téléphone android mais j’ai remarqué que mes photos étaient pour la plupart floues.

Jusqu’à aujourd’hui je trouvais que prendre mes selfies avec la caméra arrière était un peu compliqué, en étant seule du moins. Des problèmes de cadrage, de doigts sur l’écran, m’ont fait oublié cette option.

J’ai alors regardé sur internet si je pouvais trouver des astuces, comme sur le site de pinterest mais je suis tombée sur cet article du site www.mobile24.fr qui m’a bien aidé et que j’ai trouvé habilement rédigé.

J’y ai trouvé un graphique représentant l’utilisation principale du selfie aujourd’hui et j’avoue avoir été étonnée que le premier réseau social utilisé pour la diffusion du selfie soit Facebook… J’aurais plutôt pensé à Snapchat ou Instagram…

Le guide propose ensuite quelques lignes directrices à suivre pour réussir son selfie :

Dans cette section, j’ai pu revoir mes règles de base pour le choix de mon selfie. Varier les fonds, me prendre de face ou de profil – si l’image est bien cadrée, le choix est illimité.

Ici, j’ai pu découvrir l’application ProCamera que je ne connaissais pas et que j’utilise depuis. Je ne m’en passe plus, je trouve la qualité vraiment différente.

Aaah, la selfie-stick. Ils ont bien fait d’en parler je trouve. Encore aujourd’hui, quand je voyage certaines personnes me regardent de travers dans la rue quand j’utilise cet accessoire mais qu’est-ce que c’est utile ! Quand nous sommes en couple, seuls et que nous voulons une photo avec un bel arrière-plan, c’est l’accessoire qu’il faut avoir.

Bon, ce point j’en ai parlé plus haut mais c’est fon-da-men-tal. La qualité est nettement supérieure. Le petit plus : le déclencheur à distance, que je ne connaissais pas.

Ce sont des conseils simples mais ils sont importants. Le genre de détails auxquels on ne prête pas attention – comme une poubelle juste au-dessus de notre épaule – qui fait tâche lorsque l’on fait la projection à nos amis de retour de vacances.

Le reste du guide parle de l’édition des photos – et mentionne l’application VSCO qui est pour moi la meilleure actuellement – ainsi que du partage.

Je vous invite réellement à aller sur ce site www.mobile24.fr si vous êtes à la recherche de tutoriels ou d’accessoires pour vos photos.

J’ai vraiment trouvé ce guide assez simple et très utile, pour rappeler les règles de base mais aussi expliquer aux personnes qui ne sont pas familières avec le principe du « selfie », ce qu’il faut faire… et ne pas faire.